les « INCROYABLES BOSQUETS FRUITIERS »

Des « INCROYABLES BOSQUETS FRUITIERS »
sur l’Espace public Urbain Montpelliérain

J’ai développé ce concept d »Ilots permacools » /ou d »Incroyables Bosquets Fruitiers » dés 2016.
Puis j’ai commencé à l’expérimenter aux Arceaux en 2017, multiplié aux Beaux-Arts en 2019, et…
Aujourd’hui, ce sont 6 nouveaux Bosquets Fruitiers qui ont déjà su voir le jour en cet automne 2020 à Montpellier! Certains avec jardin potagé partagé contigu (Ovalie-Providence, Grisettes Mas Nouguier, Parc Magnol, LPJA), d’autres pas (Malbosc, Charpac)!! Chacuns avec une 30aine de fruitiers très diverses dés la 1ere année, sans compter les semis de noyaux! Sur une surface d’environs 150m² (ou env.500m² si incluant un Jardin potagé partagé)
Tout cela a été réalisé entre aout et décembre 2020, càd en 6 mois entre le moment où le choix des lieux on été validés par la Mairie / et la fin de la plantation des 6 x 30 premiers arbres !! En période de Covid malheureusement pour la participation collective. Mais cela avec l’accompagnement de la Ville de Montpellier, des Semeurs de Jardins, de l’AAP de la Région (et d’autres partenaires telles que les asso de quartiers,…!). Reste maintenant le développement de la 4me dimension, celle se jouant sur le temps, l’évolution du lieu, l’entretien à faire…!
Et alors, à chacun son style !! …

Mon ID en créant ce CONCEPT des « Incroyables Bosquets Fruitiers », a été d’agir comme l’aile du papillon qui fait la tempete: avant tout, il s’agit de susciter les vocations, et de donner une réponse possible et souhaitable à nos intuitions du moment, voir à notre inconscient collectif, càd à la tendance de fond qui fait que l’on cherche ajd les chemins permettant de retrouver la/notre Nature.
Et comme on n’arrête pas une bonne idée qui arrive au bon moment, tous les espoirs sont permis…
L’idée globale étant ainsi d’amener la Nature en Ville (et créer des emplois et du progrès lowtech à partir de cela).
Socialement, c’est un travail aussi sur l’émancipation de la Nature, la COMPLÉMENTARITÉ des différences qui la compose , et les synergies dont nous pouvonsen profiter… avec une vision Holistique!
Il faudra donc voir par la suite qu’elles seront les répercussions à moyen et long terme, que peut avoir un projet réalisé à cette échelle. Càd que ça va sûrement et je l’espère, faire des petits de partout, et voir de bien + grands aussi !?…
Les INCROYABLES BOSQUETS FRUITIERS sont donc représentatifs d’une solution permettant à chacun et à tous – d’être plus autonome, coopératif, expressif, et écolo!
Il ne reste donc plus qu’à multiplier largement ce projet, et à oser s’en inspirer pour de nouveau modes de vivre ensemble, dans la Complémentarité équitable des différences! YAPLUKA ?

Le concept est d’abord né de l’idée qu’il était un peu lassant de replanter tous les ans la même chose pour se nourrir, et du fait qu’en climat méditerrannéen, les légumes annuels demandaient un gros investissement en temps et en eau notamment, en produits anti-moustiques, mais pas que…!
C’est donc là un début pour passer de la civilisation de l’herbe à la civilisation de l’arbre, comme dirait Fabrice de la « Foret gourmande »!

Kesako ?

Un « Incroyable Bosquet Fruitier » est essentiellement une plantation très dense de fruitiers et autres vivaces utiles, sur une relativement petite surface, càd sur 20 à 150m².
Ensuite, des assemblages de plusieurs Bosquets fruitiers et de clairières, de bassins, ou/et de jardins potagers – peuvent composer ainsi des « Jardins-Forêt comestibles »!

3 Challenges: Concrêtement lorsque situés sur l’espace public partagé, les 2 principaux challenges pour un IBFruitier,
– en dehors bien sûr de l’appropriation du lieu par les riverains, ce sont :
– d’une part le fait de planter des fruitiers hyper serrés (mais sur une largeur maxi d’une 12aine de mètres),
– et d’autre part de faire en sorte de réduire au maximum la partie « entretien – pour pouvoir alors s’occuper/développer d’autres choses
en faisant du Land art, ou des plantations de fleurs comestibles, la sieste, un bassin, etc…
Et ainsi, dans un moindre effort et un gain de temps appréciable, continuer encore à multiplier et à diversifier efficacement, les productions, les synergies, les échanges généreux, et la résilience…

Un IBF est par ailleurs en 3D, et composé de 7 différentes strates végétales: des arbres, des buissons, des lianes, des herbacées, des couvres sols, des plantes aquatiques, etc… et ainsi en plus d’offrir les bienfaits d’un arbre ou d’un verger, ils constituent un véritable refuge à la biodiversité, aux oiseaux, à la faune et à la flore, à la micro-faune et à la micro-flore!
Un IBF, en étant mis à disposition et à entretenir par le Public sur l’Espace Public Urbain, offre à chacun une nouvelle vision et opportunité de développement du bien commun, tout en donnant la preuve que la diversité et la Nature sont gages de générosité


Ça sert à quoi ?

Résilience face au changement climatique (îlot de fraîcheur en été,…)
Absorption des pluies d’automne
Maintien des sols contre l’érosion
Fixation du carbone par les arbres
Refuge pour la biodiversité
Conservation des variétés anciennes et rares
Reconnexion de l’homme et la forêt
Production fruitière locale accessible par tous
Fruits et légumes sans intrants chimiques
Espaces propice à la détente et au rêve
Former les citoyens à l’agroforesterie
Participer à la transition du territoire
Revaloriser les espaces publics
Créer des synergies entre associations, institutions, entreprises, experts et citoyens
Participer à l’autonomie alimentaire locale
Susciter des vocations,
et Inspirer d’autres initiatives similaires

PARTICULARITÉS

Densifier?

En diversifiant, on peut augmenter la densité des plantations (et donc la productivité au m² !!!)
Cela permet aussi d’atteindre plus de résilience
Cela oblige aussi à réfléchir aux synergies possibles et aux complémentarités des plantes et éléments de l’ecosystème ainsi créé, plutôt que de se focaliser et perdre du temps sur les possibles concurrences que cela pourrait engendrer !

On plantera donc environs:
– 1 fruitier tous les 3m²
+ 1 plante vivace utile ou/et comestible par m²
(ex: si terrain de 500m² => 500 plantes utiles et/ou comestibles plantées, en 3 à 5 ans!)

Comment diversifier?

– mettre les rosacées à 8 m les uns des autres, pour ne pas qu’ils se concurrencent de trop.
– idem pour les fruitiers d’autres familles
(Nota: Du fruitier rare et oublié, pour remplir tous ces espaces entre les rosacées !!)
– mettre au nord les plus grands fruitiers (ex: pacanier) et ceux qui supportent l’ombre (ex: Sureau), au sud ceux qui ne supportent pas d’etre un peu à l’ombre (ex: olivier) , et au milieu, ceux qui supportent la mi-ombre mais pas trop d’ombre.



Remarques:

– On plante des arbres très jeunes, ou même mieux, on sème des noyaux pour obtenir des arbres plus autonomes en eau et plus résistants aux maladies (et que l’on greffera par la suite si besoin est!).
– passé un diametre d’une 12aine de métres env., un bosquet fruitier va devoir créer des trous de lumières, càd des clairières, afin de pouvoir renouveler dans l’espace – ce cycle – fruitiers de plein soleil + fruitiers de mi-ombre + fruitiers d’ombre
(Nota: d’autant que souvent, Fruitier à noyaux = pionnier = aime le soleil !)
– nous recherchons l’efficacité! Càd un minimum d’investissement pour un maximum de ressources. Il s’agit en effet de concurrencer le pétrole, grâce à l’energie que nous offre notamment le soleil, mais aussi la vie du sol, etc…

EXEMPLE pour MONTPELLIER 2020

on va avoir des fruitiers de toutes sortes! pour passer de la 2D à la 3D, de la culture de pampa à la culture de la forêt (herbe => arbre). En gros;
on va semer et planter

1/ – des noyaux et graines de Rosacées (poiriers, pommiers, abricotiers, amandiers, pechers, cerisiers, Néfliers, cognacier, …)
que l’on greffera sans doute par la suite avec des variétés à gros fruits + sucrés!!

2/ – des fruitiers « endémiques » oubliés de nos régions et résitants au sec (parfois « sauvages » Ex: azerole, cornus mas, cormier, Ste Lucie, Amelanchier …) + Jujubier, Pistachier, Grenadier, Myrte
que l’on greffera parfois par la suite avec des variétés à gros fruits sucrés s’il le faut !!

3/ et des fruitiers rares résistants au sec pour diversifier en biodiversité (sinon on aura surtout des rosacées Ex: Asiminier, Feijoa, kaki plaqueminier, Goyavier fraise, Elaeagnus Goumi du japon, Elaeagnus umbelatta, Elaeagnus argousier, Caroubier, Nashi,…
et ainsi d’atteindre plus de résilience (en cas de changt climatique, de maladie, etc..)
-pour densifier
-mais aussi pour faire découvrir leurs atouts (salades, cueillette, haricots, gouts exotiques, résistance aux maladies ou/et au sec, apport d’azote, …)

4/ mais aussi des lianes fruitières vivaces
(Ex: Vigne, Houblon, Akebia, Jasmin officinal, Igname de Chine, Capucine tubéreuse, Haricot patate, Chayotte,..)

5/ des légumes vivaces (Artichauds & cardes, Asperges, Choux kale, Poireaux vivace, Oignon rocambole, Patates,…)

6/ des plantes aromatiques et médicinales (Thym, Lavandes, Artemisia, …)

7/ des fleurs comestibles (lys, Hemerocale, Violettes, …)

A vous !!

Louiss HELLOUIN

Nota: Projets de jardins-forêts sur l’espace public en France
Webinaire auquel j’ai participé en mars 2020, organisé par Claire Mauquié de la Foret gourmande

Des questions? des Remarques? Des Propositions? Merci de remplir le Formulaire dédié:

Cet article a été publié dans nos DESIGNs. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s